MENU
En lecture PARTAGER L'ARTICLE

Tant de candeur chez Dominique Dalcan

Notre nouvelle coqueluche des musiques électroniques exploratrices s’appelle Dominique Dalcan, et vous serez étonnés de voir qu’il n’a ni mèche de cheveux, ni 500.000 fans Facebook, et qu’il a plus de 50 ans. Pour le meilleur. Notre amour est tout neuf. Et il est total.

L’année 2018 serait-elle celle de Dominique Dalcan ? Cet illustre inconnu ne nous disait encore rien il y a si peu de temps qu’on s’en voudrait presque. Bon, on vous aide, c’est tout simple, vous l’avez aperçu aux Victoires de la Musique 2018. Mais peut-être – surement – que vous vous vous contrebalancez complètement de cette émission grand public, bande de yuppies, et personne ne pourra vous en vouloir. Nous les premiers. Au regard des précédentes récompenses de The Avener en 2016 (pour The Wanderings of the Avener) et de Kungs en 2017 (pour Layers), il y avait de quoi perdre espoir dans la démocratie.

C’était sans compter sur cet hurluberlu de 54 ans beaucoup plus habitué des lignes de Libération, des line up des Siestes Électroniques ou des chansons doucement bizarres que des festivals EDM ou des soirées avec Avicii… enfin, RIP quand même. Ce qui est passionnant chez Dalcan, c’est sa particularité à pondre des orchestrations superbes, grandioses, presque sensationnalistes à l’extrême sans hésiter à foutre un caillou dans la chaussure auditive de son public. Comme si Aphex Twin avait trituré une chanson de Céline Dion, pour se marrer. En plus de ça, la voix et la façon dont elle est produite par les cordes vocales de Dalcan nous font plus doucement penser à un Robert Wyatt qu’à une jeune demoiselle bookée à Ibiza pour le dernier tube de Klangkarussell.

C’est donc peu dire qu’on vous conseille d’écouter Temperance, album sorti en 2017 et couronné à la tévé. Dalcan, plus fort que les majors qui avaient voulu refourguer leur Alb et leur Fakear en haut de l’affiche. Et c’est peu dire qu’on vous invite à poursuivre l’écoute avec le volume 2 de ce même projet, Temperance #2 dont nous vous proposons le premier extrait clippé en avant-première, du titre « Done Enough For Your Man ».

Le mini-film est réalisé par l’artiste himself et voit l’actrice Valérie Kaprisky se mettre en scène. Paraphrasons le communiqué de presse, histoire de revenir à un niveau basique de la presse spécialisée actuelle : « Les paroles évoquent une femme qui, délaissée par son compagnon, hésite à le quitter pour vivre sa vie. »

L’abum Temperance #2 est prévu pour le 26 octobre 2018 chez Ostinato, et est déjà disponible à l’achat, bande de moules.

Il sera en concert le 25.08 à l’Intime Festival à Namur, organisé par Benoît Poelvoorde.

Bon visionnage.

Crédits photo en une : Paul Rousteau

Partager cet article
0 commentaire

0 commentaire

Soyez le premier à commenter cet article
Chargement...
Votre commentaire est en cours de modération
Merci
Une erreur est survenue lors de l'envoi de votre commentaire
Playlist - Juillet 2018
Toutes les playlists

0:00
0:00
REVENIR
EN HAUT