MENU
En lecture PARTAGER L'ARTICLE

Rone, le concert romancé

En janvier dernier, Rone passait par le Transbordeur, à Villeurbanne. Ce fut une course poursuite auditive des plus épiques. Tellement forte, qu’on y a vu des choses dont vous n’avez pas idée. On a tenté de les retranscrire.

Noir. Silence. Rouge ! Vibrations…

Un homme en imper noir marche d’un pas rapide dans une rue glauque d’un New-York futuriste. Le ciel est sombre, le sol est humide, il a plu. Un pied dans une flaque. Aucune autre présence humaine. L’homme est sur ses gardes. Un rayon lumineux entre deux buildings, il s’engage dans une ruelle.

Lumière aveuglante… Go !

L’homme enfonce une porte à sa droite et se jette dans un building. Bruit d’hélices à sa poursuite. Couloir délabré. Tapisserie déchirée. Plafond écroulé. Regard par dessus l’épaule. Souffle haletant. Virage serré, l’épaule heurte le mur, une cadre tombe et se casse. Escalier poussiéreux. Les étages défilent. 2ème, 3ème, 7ème. La porte du toit s’ouvre avec fracas.

L’homme fait quelques pas. Une goutte s’écrase sur sa capuche. Un déluge s’abat sur une forêt de gratte-ciels en ruine. L’orage gronde au loin. Entre les lignes d’eau, le cri d’un loup, perdu au milieu du béton. Une lueur approche. Puis deux, puis dix. Des drones armés encerclent l’homme. Cliquetis de l’eau sur le métal glacé. Coup de tonnerre. L’homme se rue en avant. Les balles fusent derrière lui. Il se retourne, deux calibres à la main. BAM ! BAM ! BOUM ! Les robots explosent en touchant le sol. Éclairs rouges sur fond gris bleu. Une balle dans l’épaule…

Cinq machines face à lui. L’eau ruisselle sur son imper. Le temps se fige. Parmi les gouttelettes tombantes, un flash, une détonation. Une onde bleue englobe l’homme. Les boules jaunes tirées par les drones éclatent contre l’énergie d’un bouclier en demi-sphère. L’homme se redresse doucement. Lève son bras valide et élimine, un par un, avec minutie, chaque robot.

Silence. Vrombissement. EXPLOSION.

L’homme est projeté en avant. Il heurte des tuyaux. Se relève. Une fumée l’entoure. Deux immenses hélices la dissipe. Trois mètres devant lui, un vaisseau. Course poursuite sur les toits. Sauts, roulades, esquives. Sifflement des tirs. Déflagration.

Bruit des pales. Battement de cœur. Écroulement.

Flash-back à toute vitesse.

Blanc.

L’homme s’élève des décombres. Le vaisseau à sa poursuite est figé parmi les flammes de ses canons. Les débris flottent entre les perles d’eau suspendues. Le ciel se colore de jaune, d’orange, de bleu, de rose. Et l’homme continue son ascension. Son regard se porte sur la ville en contrebas. Masse noire parcourue de traits lumineux. Arrive le vide, le cosmos et ses nappes de silence. Perdu dans les étoiles, l’homme sourit et se laisse flotter.

Son manteau noir glisse, il est nu et disparaît dans l’immensité de l’univers.

Partager cet article
0 commentaire

0 commentaire

Soyez le premier à commenter cet article
Chargement...
Votre commentaire est en cours de modération
Merci
Une erreur est survenue lors de l'envoi de votre commentaire
Playlist - Juin 2018
Toutes les playlists

0:00
0:00
REVENIR
EN HAUT