MENU
En lecture PARTAGER L'ARTICLE

Flamingods joue un équivalent d’espéranto pour la musique dansante

Version musicale d’une bande de citoyens du monde, les Flamingods ont délaissé les sarouels pour du textile maya. Ce qu’on caractérisera de musiciens du monde sont pourtant le cauchemar quotidien du magasinier de la Fnac : rock ? électro ? musique du monde ? De quoi se demander si le rêve le plus cher du personnel des disquaires-supermarchés ne serait pas d’avoir son rayon [Et vous, où l’auriez-vous rangé ?]

L’histoire commence en 2009 dans le petit village de campagne au Bahreïn, paradis fiscal relié à l’Arabie Saoudite et face au Qatar, ses tours, son pétrole et son tourisme écolol. Kamal Rasool est né sur place d’une mère turque et d’un père bahreïnien. Pas si étonnant quand on estime à 54% la part de la population d’expatriés sur l’île. Loin des clichés sur les rutilants paysages marbrés, des révolutions étouffées dans l’œuf et des inégalités invisibilisées, Kamal est à l’origine d’un groupe on ne peut plus cosmopolite. Avec ses autres musiciens Sam Rowe, Charles Prest, Karthik Poduval et Craig Doporto, il a gravi les échelons médiatiques insoupçonnés du web en quête de clic non rémunéré grâce au grand disque Majesty chroniqué des Inrocks à The Guardian en passant par The Quietus et i-D.

Depuis, Kamal a suivi le reste du groupe à Londres, sans oublier sa terre, mais aussi les tours de Dubaï qui l’ont inspiré dans ses œuvres. Eh oui, on peut donc écrire un chef-d’oeuvre inspiré d’une puissance pétrolière et une daube dans une lande en Islande. Mais ne nous étonnons pas si le groupe s’est avant tout nourri d’autre chose que de son propre monde. Les instruments qui ont façonné leur précédent disque comme leur dernier EP Kewali viennent de partout : Népal, Thaïlande, Indonésie, Turquie, Japon et Tanzanie. Avec une idée de la musique dansante. En transe. Flamingods s’étourdit autant que son auditoire entre psychédélisme rock, semblant d’afrobeat, hypnose électronique et de musique ethnique faisant écho à la pop européenne. Un langage universel qui ne ressemble même pas à de la soupe, le pari est rempli.

La bande de flamands roses a compris une bonne chose : les verticales de verre valent autant que l’éclosion de la fleur de lotus aux yeux de la création.

Sortie digitale de l’EP le 26 mai 2017 chez Moshi Moshi / La Baleine.

Partager cet article
0 commentaire

0 commentaire

Soyez le premier à commenter cet article
Chargement...
Votre commentaire est en cours de modération
Merci
Une erreur est survenue lors de l'envoi de votre commentaire
Playlist - Février 2019
Toutes les playlists

0:00
0:00
REVENIR
EN HAUT