MENU
En lecture PARTAGER L'ARTICLE

Born Idiot : « L’ennui aide à sortir des trucs cool »

Parfois, la pop n’est pas une histoire sérieuse. Elle n’a pas la prétention de l’être et ne le deviendra jamais. Quand Born Idiot débarque avec ses morceaux de trois, quatre minutes, son insouciance et la tête dans la lune, on ne peut que clapper fort des mains. Rencontre avec son chanteur Lucas Benmahammed qui nous parle de sa belle bande de branleurs bretons et de leur premier (super) album « Afterschool » qui sent bon l’école buissonnière pour aller fumer des clopes devant un parking de supermarché. La vie, quoi.

Peux-tu nous rappeler le parcours de Born Idiot ? C’était ton projet solo à l’origine…

Alors Born Idiot, c’est d’abord mes compositions [Lucas Benmahammed, ndlr] qu’on arrange en groupe, d’où le « projet solo » qu’on me demande souvent. C’est aussi une première rencontre avec Tiago (guitare), en soirée évidemment, et qui s’est étendue sur une amitié à coups de matchs de Fifa au quotidien. Ensuite, Louis (clavier) s’est greffé au groupe grâce à un post Facebook : « Qui veut jouer du clavier dans mon groupe de merde ?« . Il a couru le type. Camille (batterie) venait souvent jouer chez moi à l’époque et je lui ai demandé de se remettre à la batterie, il a accepté avec enthousiasme. Pour finir, Clem (basse) m’a menti en soirée en disant qu’il savait jouer de la basse pour rejoindre le groupe, j’ai accepté. Depuis tout roule.

Comment s’est passée la composition de ce premier album ?

À long terme, on a deux, trois compos qui datent de deux ans et qui figurent sur l’album. Elles ont perduré car elles fonctionnent et ne nous lassent pas.  La composition pour moi, c’est des moments anodins où tu saisis ta folk et tu en sors quelques notes en te laissant porter par les harmonies. Je mise beaucoup sur celles-ci, c’est ce qu’il a de plus important pour moi, la mélodie. L’ennui et le néant m’aident à sortir des trucs cool.

La musique est très référencée « groupe indie pop anglais »…

Indie pour le côté DIY, on a tout autoproduit nous mêmes donc on se veut indé en ce sens. La pop, c’est pour donner une large étiquette. En réalité, on fait juste du Born Idiot.

Les guitares sont des éléments majeurs de l’album. Pour toi, il n’y a jamais assez de guitares?

Alors là j’en sais rien ah ah, pas forcément. J’aime quand c’est épuré même si les arpèges et les beaux accords jazz sont omniprésents sur l’album AfterSchool.

Si l’album devait être résumé en un seul des titres, ce serait lequel ?

Je dirais « Teenbox », car elle dévoile un côté nostalgique que je veux retransmettre à travers ma musique. Les plus belles chansons sont les plus tristes. De plus elle dure 6 minutes et elle s’évade dans pleins de délires différents. La meilleure à jouer en live aussi.

Que penses-tu de la scène rennaise ? Des passerelles entre les groupes sont-elles possibles ?

Une ville bien garnie en rock, en pop un peu moins. Il y a quand même un sacré public délirant quand tu compares à d’autres villes, c’est plaisant. Tous les groupes se connaissent plus ou moins dans notre bled donc oui on partage des plateaux avec pas mal de groupes.

Ça ressemble à quoi une répét’ avec Born Idiot ?

Alors c’est le gros bordel, ça nous arrive de bosser qu’une heure quand on a trois heures de répète mais on reste productifs. Disons qu’on est de nature assez lente et qu’on a tendance à s’enliser vite dans la blague. On a quand même réussi à sortir un album au bout du compte, hallelujah !

Dans quelles conditions composes-tu le mieux ?

Je me répète mais je crois sincèrement que la solitude et le chaos sont mes sources d’inspiration majeures.

Enfant, tu rêvais de faire quoi ?

Cowboy, ça m’aurait plu mais c’est une vie trop dangereuse et puis trop américain.

Quel est le morceau que vous auriez aimé composer ?

Bonne question, un petit « Hold On » de John Lennon par exemple!

Si votre premier album était un film ce serait lequel ? Pourquoi ?

Moonrise Kingdom de Wes Anderson, film incroyable esthétiquement et les acteurs sont géniaux. Ça parle de deux gosses plus intelligents que les adultes qui partent vivre une aventure dans la nature pour vivre loin du monde réel. Je trouve que ça colle plutôt bien avec Afterschool.

Objectivement, Rennes est-elle la meilleure ville pour vivre ?

Disons que les Bretons de base sont quand même les gens les plus cool au monde, jamais vu aucun autre endroit où les gens sont autant sociables et chaleureux qu’ici. Des rencontres toutes les semaines et aucune pudeur.

Pour des raisons mystérieuses et pour sauver l’ensemble de l’humanité pour devez soit faire interdire la pratique de la musique dans le monde, couler la Bretagne, devoir faire à vie la première partie de Vianney. Vous choisissez quoi ?

Choix difficile, Vianney c’est juste pas possible comme option, je dirais faire couler la Bretagne avec des larmes aux yeux.

Album entier

Crédits photo en une : Lucas Martin

Partager cet article
0 commentaire

0 commentaire

Soyez le premier à commenter cet article
Chargement...
Votre commentaire est en cours de modération
Merci
Une erreur est survenue lors de l'envoi de votre commentaire
Playlist - Juin 2017
Toutes les playlists

0:00
0:00
REVENIR
EN HAUT