MENU
En lecture PARTAGER L'ARTICLE
VIDEO

Voir : Electric Rescue x Gaspar Claus dans notre collection Variations [3/5]

Variations, ou l’idée un peu folle de rassembler sur scène et de filmer, bien sûr, des producteurs/trices électro et des instrumentistes qui ne se connaissent pas. C’est le point de départ de cette collection, que nous avons imaginée en co-production avec la Compagnie des Indes et Culturebox, qui en diffuse le troisième épisode aujourd’hui. Jusqu’au 13 décembre, vous pourrez découvrir, ici, cinq duos d’artistes qui ont bien voulu relever le défi. Librement inspirés d’un répertoire que nous leur avons soumis, ils vont, pendant une demie heure, s’en inspirer, mais aussi et surtout le détricoter, le brusquer, lui donner un nouvel élan à quatre mains. Pour ce troisième épisode, focus sur un duo qui s’est parfaitement trouvé : Electric Rescue, dépositaire de la rave made in France, et Gaspar Claus, ravi de « trasher » un peu le monument qu’on leur a confié, à savoir Jean-Sébastien Bach.

Pourquoi ce duo ?

Il y a dans l’œuvre de Bach un équilibre entre musique et émotion qui se traduit par son « contrepoint ». Explications. Notre organisme nous empêche de porter une attention égale à plusieurs lignes musicales simultanément. Bach crée un parcours à l’attention de notre esprit afin de nous guider vers l’émotion. Il passe d’une ligne à l’autre en créant une “ligne centrale”. Une balance juste pondérée par les différentes mélodies. Cet enchevêtrement parfait, c’est un peu la base de la musique électronique : une superposition de couches. Aucune objection donc à ce que Jean-Sébastien prête ses notes à Variations.

Dès les premières moutures du projet, on a voulu qu’un duo s’attaque au vieux cantor de Leipzig. Honnêtement, on n’a pas tout de suite imaginé que ce rêve prendrait vie sous les doigts d’Antoine et Gaspar. Le premier, grand représentant de la rave hexagonale, le second, homme-violoncelle ayant tourné le dos à une carrière trop classique. Mais l’interprétation de ces chefs d’œuvre permet une grande liberté. Alors ils ont imaginé un prélude galopant à 135bpm et on s’est dit que c’était chouette de pouvoir s’amuser ainsi – surtout qu’en plus ça fait des guiliguilis dans le cœur. Quand Gaspar caresse ses cordes, Antoine fait grincer son modulaire. Ils entassent les couches et lâchent tout dans des drops dignes de Time Warp. Gaspar se munit de nombreuses pédales d’effets pour des sonorités uniques et extravagantes. Par l’usage alerte de son archet, il fait la transition entre Bach et boum boum.

« Expérimenter, mais de façon ludique« , voilà l’indication un peu bouffonne que nous avions donné aux gars le jour de leur première rencontre. La consigne a été prise à la lettre, appliquée d’une véracité n’occultant rien à l’œil de la caméra. Un épisode oscillant entre lyrisme,dérision et exaltation.

Prochain épisode de Variations, mardi 6 décembre : Dubfire x Mari Samuelsen, librement inspirés de l’univers d’Arvo Pärt.
Variations est un projet soutenu par le CNC – Centre National de cinématographie, l’ADAMI et la SACEM.

HAN_2547variationsbyhanaofangel

Crédit photos : Hana Ofangel

Partager cet article
0 commentaire

0 commentaire

Soyez le premier à commenter cet article
Chargement...
Votre commentaire est en cours de modération
Merci
Une erreur est survenue lors de l'envoi de votre commentaire
Playlist - Janvier 2017
Toutes les playlists

0:00
0:00
REVENIR
EN HAUT