MENU
En lecture PARTAGER L'ARTICLE

Sónar : les cinq à ne pas rater

Pour la première fois, une équipe de Sourdoreille s’en va en découdre avec le Sónar. Trois jours pendant lesquels Barcelone devient le point de ralliement de tous les artistes de la planète électro. Le festival « in », gargantuesque – plus de 130 artistes – fait corps avec la ville, assaillie de toutes parts par des « off » délirants. On a choisi de vous causer de cinq moments qu’on ne ratera pas. Pour le reste – et l’imprévisible, rendez-vous dans quelques jours, pour un report long comme le line-up de cette folie électronique au soleil.

Plastikman

Jeudi, 21h50, Sonar by Day. Avec son label Minus, Plastikman est un peu tout ce qui reste à Richie Hawtin comme lien avec le milieu de l’underground techno. Sans lui jeter la pierre (d’autres ne manquent pas de s’en charger régulièrement), il est vrai que ça fait un bon moment que ce plieur de tôle de hangars a laissé sa place au raffiné gourmet de sushis à Ibiza. Mais dernièrement, Richie en a eu un peu sa claque des kids fans d’EDM et des gros festivals type Ultra qui n’ont n’en ont pas grand chose à foutre de sa musique et qui préfèrent les strass, les paillettes et la belle gueule de Tiësto (cf la tribune de Seth Troxler contre ce vide mouvement). En témoigne ce post Facebook du 7 janvier dernier qu’il a vite supprimé (son manager a dû se dire qu’il ne faudrait pas trop froisser les fans communs qu’il a avec Avicii, s’il en a). Mais comme notre passion, c’est les captures d’écran, on n’a pas pu s’en empêcher.

C’est pas trop compliqué à comprendre, on le voit bien : « I want to return to the roots of techno parties, to the very underground ». Il veut un « new chapter in my career ». Et pour ça, quoi de mieux qu’un retour sous le personnage qui l’a – à jamais – installé comme une légende vivante de la musique électronique : Plastikman. Si la techno des abbesses avait un grand ordonnateur, ce serait sûrement lui. Paysage obscure, minimalisme de rigueur, objet placide et aride, le travail de Plastikman explique les tréfonds de l’âme avec une musique dénuée de repères humains. Les six albums de Plastikman dont le dernier (massif) « Closer » avaient laissé une tapée de fans sur le carreau. Faute réparée avec le nouveau « EX » en écoute intégrale ici, enregistré au Musée Guggenheim, de New-York. L’album sera joué pour la première fois par le Canadien dans son live nommé « Objekt » au Sónar. Avant-première de poids.

James Holden B2B Daphni

Samedi, 03h, Sonar by Night. Un quatre mains d’anthologie se prépare à Barcelone, dans la nuit de samedi à dimanche entre 3h00 et 4h15. Un back-to-back 100% British. À gauche, James Holden (notre interview), boss du label Border Community, maître dans ce qu’il appelle la « techno shoegaze », les escapades noisy, les superpositions de couches sonores. Aussi appelé (par nous) l’homme imprévisible. Il est celui qui a fait connaître Nathan Fake, Margot, Luke Abbot, Ricardo Tobar et bien d’autres. Il est également à l’origine de deux albums précieux « The Idiots Are Winning » et « The Inheritors ». Et enfin (et surtout), il est un DJ hors pair, chouchouté par (d’autres Anglais) Thom Yorke et Four Tet. À droite, Daphni que le monde connaît plus pour son projet de pop Caribou, ses débuts avec le pseudo Manitoba ou son trip avec une quinzaine de musiciens dans le Caribou Vibration Ensemble. Daphni, lui, se passionne pour la musique électronique, les percussions africaines, la transe tribale et l’hypnose musicale. Mais on est loin de penser que ces projets sont complètement différents et, à s’écouter son nouveau morceau (ici) , on se dit que ce serait le gros kiff qu’il le joue au Sónar. Petite perle de Daphni ci-dessous.

Despacio : James Murphy + 2 Many DJ’s

Jeudi, Vendredi, Samedi, 15h30, Sonar by day. Depuis 2011, James Murphy a pas la vie la plus dégueu au monde. Certes, il a arrêté temporairement l’aventure avec ses potos du LCD Soundsystem, mais le gugusse s’est quand même payé certains luxes : la production de l’album « Reflektor » d’Arcade Fire (dans lequel il a eu un rôle proéminent – chronique), des signatures de plus en plus classes sur son label DFA ou encore un remix de David Bowie (sur un sample de Steve Reich). Bref, est-il besoin de préciser que Murphy est une grande figure musicale de notre temps ? Despacio se veut une « nouvelle forme de clubbing ». Quoi de mieux que de se maquer avec les frères Stephen et David Dewaele, du duo 2 Many DJ’s (et cerveaux de Soulwax) pour inventer quelque chose de nouveau ? Les Belges, proches de Murphy depuis un moment, proposeront avec le New-Yorkais, des sets de 6h, répétés pendant le week-end. Vinyles only ! Et de leur collection privée. Niveau DJing, le trio s’est fait plus discret sur la scène actuelle, donc attendez vous à être étonnés. Hâte !

Audion

Samedi, 18h45, Sonar by day. Richie Hawtin n’est pas le seul à jouer tout seul, tard le soir, avec son avatar. Autre projet tout nouveau attendu sur ce Sonar, le « Subverticul » live d’Audion, aka Matthew Dear, l’un des dandys les plus stylés de la planète électro. Si Dear était Français, il serait le chaînon manquant entre un Danton Eeprom bien élevé et un Rebotini sous Xanax. Dear fait partie de cette génération d’artistes que la techno froide et mentale excite autant que la pop. Ce n’est pas pour rien si le producteur-chanteur américain, adoubé en tant qu’homme des machines, a bifurqué vers la pop. Un grand saut entre deux univers matérialisé par son album « Beams » (2012), que l’artiste expliquait alors ainsi : “Chaque album est le portrait de ma vie d’alors : les hauts, les bas et l’intensité sur Black City ; la liberté et la douceur sur Beams… J’y ai mis deux ans de mon existence, à chercher un peu de clarté dans la folie » [dans Les Inrocks, 2012].

On ne sait pas si l’existence de Dear s’est pacifiée, mais on a en tout cas frémi en jetant un oeil sur le teaser du live que son double Audion présentera à Barcelone samedi. Pour cette création, il s’est entouré du Vita Motus Design Studio, responsable de la folle structure qu’Amon Tobin se trimballait pendant sa tournée ISAM. Un bon prétexte pour fêter les dix ans d’Audion. Plastikman n’a qu’à bien se tenir. Teaser.

 Recondite

Vendredi, 02h40, Sonar by night. Fin 2013, le très bon site SWQW nous faisait découvrir « Hinterland » de Recondite, grand chauve pâle inconnu au bataillon. Un album glacial et hanté, d’une beauté feutrée qui nous a immédiatement fait penser à « The Waiting Room » de Chloé. La pochette brumeuse d' »Hinterland » fait écho à la source d’inspiration principale de Lorenz Brunner : sa Bavière natale. Entre techno et deep house, ce bijou contemplatif est à découvrir d’urgence, tout comme ses productions précédentes. Son titre Cleric est d’ailleurs régulièrement joué par Dettmann, Klock et consorts. A voir en live quelques minutes avant Richie Hawtin, au Sonar by Night, vendredi.

Partager cet article
0 commentaire

0 commentaire

Soyez le premier à commenter cet article
Chargement...
Votre commentaire est en cours de modération
Merci
Une erreur est survenue lors de l'envoi de votre commentaire
Playlist - Novembre 2017
Toutes les playlists

0:00
0:00
REVENIR
EN HAUT