MENU
En lecture PARTAGER L'ARTICLE

Ouessant, muse de Yann Tiersen

Yann Tiersen revient avec un hommage en forme d’album concept à Ouessant, l’île sur laquelle il s’est installé depuis quelques années. La beauté de cet album vous décidera peut-être à troquer vos vacances à Benidorm en all-inclusive contre une semaine sur ce rocher breton.

Eusa, Ouessant en breton : île la plus occidentale de France, au croisement de l’Atlantique et de la Manche, à un heure de la pointe finistérienne en bateau. Le bout du monde, en somme. S’installer parmi les 800 et quelques ouessantins y vivant à l’année nécessite du caractère et un certain penchant pour la solitude et la mélancolie. A n’en pas douter Yann Tiersen possède ses attributs, lui qui est né «en face», à Brest, et qui après des années à venir régulièrement sur cette île en forme de pince de crabe, a décidé de s’y installer. Il n’est pas facile de s’installer sur cette île où les insulaires peuvent avoir un caractère aussi sauvage que le climat. Mais Yann Tiersen a fait plus que s’installer. Il s’y est investi.

Avec son copain Miossec, il a d’abord créé en 2008 le festival Ilophone. Puis, il a installé un studio d’enregistrement à L’Escale, la boîte de nuit fermée il y a quinze ans, les touristes et les ouessantins installés sur le « continent » ne permettant plus de remplir le lieu l’été. C’est dans ce lieu qu’il a en grande partie composé EUSA (avant de l’enregistrer à Abbey Road), un magnifique hommage à cette île à travers dix-huit morceaux, certains portant le nom de lieux de l’île, entrecoupé de transitions et constituant des chemins (Hent veut dire chemin en breton). Un tour de l’île en moins d’une heure, ou plutôt un survol digne d’une mouette, puisque les lieux se suivent mais ne sont pas forcément proches géographiquement, en commençant par «Pern», la pointe la plus occidentale de l’île et ouverte aux vents, puis se diriger vers la pointe sud-ouest («Porz Goret»), pour finir par «Kadoran» au nord-est près du port du Stif, en passant par «Kereon», du nom du phare entre Ouessant et l’île de Molène, ou par la plage de «Yuzin».

Pour retranscrire l’atmosphère de cette île, Tiersen le multi-instrumentiste se focalise sur son outil premier, le piano, et souligne le trait avec le chant d’oiseaux, le bruit des vagues, du vent, etc. En introduction et en conclusion, des poèmes en breton récités par sa femme, pour pleinement s’inscrire dans ce bout de terre unique. Cette économie de moyens correspond bien à l’âme de l’île, une île qui ne permet pas faire de chichis, la force des éléments étant bien supérieur à l’homme. Une île aux falaises abruptes, balayée par les coups de vents, où trois saisons peuvent s’enchaîner en une journée (pas souvent l’été), où la corne de brume peut résonner aussi bien à 15h qu’à minuit, où la seule occupation de la journée peut être de regarder les bateaux de toutes tailles prendre le rail d’Ouessant. Mais aussi une île où les beaux jours vous donnent l’impression d’être irradié par la lumière, où les chemins sont sublimés par les couleurs de la bruyère et des hortensias, où l’eau n’a jamais la même couleur, entre reflets de vert, de bleu et d’argent, où l’air pur a des senteurs d’iode et de tourbe, où la rare lueur qui guide les pas la nuit provient de l’intermittent mais puissant éclat du phare du Créac’h et le plafond parsemé d’étoiles. En somme, une île belle et mélancolique mais jamais larmoyante, à la fois calme et énergique, abrupte et délicate, un endroit aux allures de paradis terrestre qui peut se transformer en véritable enfer.

Tout cela se retrouve dans EUSA par un jeu de nuances et de ruptures, les temps forts succédant aux temps faibles. C’est un album concept, hors du temps, un voyage qui doit se faire d’un point A jusqu’à un point B, sans sauter d’étape. Avant de booker votre gîte et d’y déguster un ragoût dans les mottes, regardez la captation live de «Porz Goret» vous permettra de constater le lien intime qui relie le dernier album de Yann Tiersen et le terroir qui lui a permis de trouver son inspiration. Sinon, il y a aussi cette captation toute récente de son concert à la Cité des Congrès de Nantes, à retrouver ci-dessous via Arte Concert.

Partager cet article
1 commentaire

1 commentaire

Manu 31.01.2017

Zéro vente de l’album sur Molène pour le moment…

Répondre Fermer
Chargement...
Votre commentaire est en cours de modération. Merci
Une erreur est survenue lors de l'envoi de votre commentaire
Chargement...
Votre commentaire est en cours de modération
Merci
Une erreur est survenue lors de l'envoi de votre commentaire
Playlist - Septembre 2018
Toutes les playlists

0:00
0:00
REVENIR
EN HAUT