MENU
En lecture PARTAGER L'ARTICLE

OFNI anime les festivals par amour de la boue (et de la pétanque fluo)

L’état de la fête en France, un sujet constamment débattu et rebattu. Avec l’insouciance des premières raves, les lois anti-fêtes, le marketing de la dance music, le clubbing parisien et les DJ stars, la France a déjà une histoire bien fournie. Aujourd’hui, tout va mieux, n’en déplaise au New York Times et aux cétémieuxavant-istes qui enterraient Paris avec son oreiller et ses bouchons d’oreille : la fête est repartie. Pourtant, redonner à la nuit ses légendes et lui fournir des clubs ne suffit pas. La teuf est un sentiment, une déconnexion, un vivre-ensemble. Et pour ressentir, il faut rire, jouer et en voir de toutes les couleurs. OFNI fait tout ça à la fois, en tutu et en mobile disco. Portrait d’un mini-phénomène observable depuis une paire d’années.

L’école est finie, la fête est repartie. Tel était le slogan (ou à peu près) du public de la nuit parisienne il y a quatre ans. Cette nuit dont on disait avec moquerie qu’elle dormait debout. Qu’elle était enfermée dans les bulles de son champagne. Quelle joie d’avoir vu la jeune génération développer une soif insatiable de la culture de vieux briscards outre-atlantiques ! Détroit, deep techno, live ou DJ set, track ID ?, underground,  Resident Advisor, Berghain, autant de noms qui rentrent de plus en plus dans la culture populaire. Remarquez, ils doivent se marrer les vieux qui voient des kids par dizaines de milliers danser sur le DJ set de Robert Hood au Weather Festival, l’un des types à l’origine de Underground Resistance, premier label politisé de la techno de Détroit dans les années 80.

C’est donc une des belles pages de la musique indé qui se fait dorer la reliure. Mais, mais, mais… Tout n’est pas rose au pays de la nuit. Vous l’aurez remarqué, c’est même souvent sombre, sans âme, structuré, réglementé, sans l’amour et la mixité qui a créé en son sein la culture rave. On a beau dire, malgré la meilleure programmation dans le meilleur club de la meilleure ville du monde, si personne n’est détendu, que personne ne se parle, que personne ne sourit un peu, autant rester chez soi à mater un porno ou une comédie biélorusse.

C’est ici que Camion Bazar, OTTO10 ou OFNI, inspirés par l’amitié, l’amour, la joie, l’enfance, le festival Fusion de Berlin, le carnaval de Rio et les souks de Tanger, les dessins animés et l’humour potache, sont nés. Comme on vous parle déjà assez souvent des deux premiers, voici un nouveau clin d’œil au cadet de la fête en couleurs. On a échangé avec l’équipe sur son projet.

« On aime surtout les festivals

pour pouvoir se rouler dans la boue »

2015.12.19 weather winter ELIOT (101)

De quoi OFNI est-il le nom ?

Organisation Festive Nomade Incontrôlable. Objet Festif Non Identifié. Orgasme Festif Non Illusoire. On Ferfe Notre Identité…

L’OFNI est un stand de jeux de kermesse revisité (le Chamboule-Nous, les Fléchettes 3D, la Queue de la Licorne, la Pesée de cagette de survie garnie, la Pêche aux canards, la Pétanque fluo, les Têtes dans les trous, le Photocabine, le Bar à Tin, le Bar Jot, le Bar Bouillage & l’Hyppoglouton géant et le concours de glissade sur bâche savonneuse), décoré d’objets de récupération détournés et ambiancé par les Didiers (les DJs) et les animateurs OFNIciels. Nous opérons sur terre et/ou à bord de notre OFNI mobile Disco (la rosalie) à coup de baguettes magiques et vêtus de costumes délurés.

L’ennui en teuf est-il le point de départ de création du projet ?

C’est plutôt l’amour de la fête le point de départ (et une passion pour l’ORGANISATION au sens de structurer, arranger, aménager). L’OFNI nous a permis entre vieux amis festoyant depuis 15 ans de passer de l’autre côté du miroir pour faire la fête comme on l’entend, de contribuer à son effervescence et d’exprimer notre créativité.

Une petite idée de l’état de la nuit à Paris ces 3 dernières années ?

Après la mort du Pulp et avant la naissance de Concrete & Weather, il y a une période où Paris s’est endormie et reposée sur ses lauriers, on a signé la pétition « Paris ville morte », le festif et l’ambiance se perdaient, la culture techno s’enlisait. Aujourd’hui Paris est la capitale mondiale de la nuit et redonne à la techno un souffle puissant.

Vous êtes un dérivé d’ovni. Quels sont les autres projets les plus ovniesques que vous connaissez ?

Les Toto Black pour la France, et le Burning Man pour le monde entier.

10531476_1580343572236390_6341743801709733561_o

A quels genre d’événements proposez-vous vos services ?

On aime surtout les festivals pour pouvoir se rouler dans la boue, mettre de la musique disco dans la queue des toilettes sèches et ne pas à avoir à regarder sa montre. On est ouvert à toutes propositions mais Weather via l’association Weather Connexion, qui nous a permis de nous développer, nous prend déjà beaucoup de notre temps libre.

Êtes-vous vraiment incontrôlables ?

Skeletor et lapin pervers oui ! Les OFNIciels dans leur ensemble arrivent à être incontrôlables et carrés : c’est le bordel organisé.

Le concept a-t-il la volonté d’être étendu à plus large échelle ? Et rentrer dans les mœurs de notre société.

Le concept étant d’être hors norme, l’OFNI doit rester un OVNI. On tient à continuer à faire de la déco extraordinaire en fouillant les poubelles et en détournant les objets, ainsi on ne pourra jamais décorer un hall du Bourget. Et puis on veut pouvoir échanger avec les gens qui viennent danser avec nous, que ça reste convivial et intime, pour ça, il faut rester petit. En revanche les DJs mériteraient effectivement de taper plus haut de façon individuelle.

11406949_10152801675097041_3394266315073996535_n

11101389_454316924727291_7365779850937146575_o

2015.9.12 OFNI Rosalie (32)

2015.12.19 weather winter ELIOT (68)

10623516_10153814570723069_6801362206902281967_o

D’autres photos ici

Le mixcloud d’OFNI

Partager cet article
0 commentaire

0 commentaire

Soyez le premier à commenter cet article
Chargement...
Votre commentaire est en cours de modération
Merci
Une erreur est survenue lors de l'envoi de votre commentaire
La Sourdoreille Ultime
Toutes les playlists

0:00
0:00
REVENIR
EN HAUT