MENU
En lecture PARTAGER L'ARTICLE

Nuits de Fourvière : Brian Wilson n’est pas mort

À chaque fois qu’un monument de la musique se produit 50 ans après ses plus grands succès, deux options s’offrent à vous. Y aller pour voir de vos propre yeux, peut-être pour la dernière fois, un des plus grands artistes de tous les temps au risque d’être déçu par sa prestation, ou ne pas y aller et garder en tête l’image intemporelle de son âge d’or. Dans le cas de Brian Wilson (autrefois The Beach Boys), on a craqué, et on a choisi la première option.

La tête pensante des Beach Boys se produisait ce lundi dans le magnifique théâtre romain des Nuits de Fourvière à Lyon, pour « célébrer Pet Sounds« . Comment refuser d’aller écouter en live ce grand album, considéré par certains comme un des plus grands de tous les temps ? Comment refuser d’aller voir « pour de vrai » le bonhomme qui a composé l’album sans lequel les Beatles n’auraient jamais pondu Sgt. Pepper ? Ce n’est pas nous qui le disons, c’est George Martin, producteur de ces mêmes Beatles. Vous aurez beau chercher des réponses à ces questions, vous ne trouverez aucune raison valable de ne pas y aller.

The Beach Boys – Good Vibrations

Alors oui, certains diront que ce n’est jamais une bonne chose d’aller voir un artiste vieillissant, qui n’a peut-être plus toute sa tête et certainement plus toute sa voix. Mais bon, on parle quand-même ici d’aller voir Brian Wilson, pas les Vieilles Canailles (sans condescendance, aucune). Et puis, soyons honnêtes, nous ne venons pas vraiment pour la performance qui ne pourra, techniquement, pas être à la hauteur des versions studios enregistrées il y a plus de 50 ans. Nous venons pour faire un petit voyage dans le temps vers une époque qui nourrit encore aujourd’hui l’imagination et parfois les fantasmes de notre génération.

The Beach Boys – I Get Around

Il est 21h lorsque Brian Wilson vient péniblement s’installer à son piano blanc. Ce ne sera certainement pas utile de vous rappeler que nous n’étions pas les plus vieux des spectateurs, si bien que l’habituelle fosse du théâtre était ce soir-là investie par des chaises ne laissant pas de place pour danser. Et pourtant, même si la musique des Beach Boys a pris quelques rides, l’envie de danser elle n’en a pas pris une. Peu importe si tout le monde a été plus ou moins prié de s’asseoir, des dissidents se lèvent rapidement dès les premières notes de « I Get Around » et se laissent aller à des petits pas de twist dignes des sixties, qui feront râler les aigris qui voulaient rester bien confortablement assis.

Brian Wilson accompagné d’Al Jardine, autre membre fondateur des Beach Boys, et de dix autres musiciens de renom comme Blondie Chaplin, ancien guitariste et chanteur de studio et tournée des Rolling Stones, reprendra ensuite Pet Sounds en intégralité. Il serait d’ailleurs peut-être plus pertinent de dire que onze musiciens ont célébré les plus grands standards des Beach Boys accompagnés par un Brian Wilson malheureusement très effacé, et ne pouvant plus chanter que quelques morceaux comme le magnifique « Love And Mercy » qui clôturera ce concert de plus de deux heures, et nous tirera presque quelques larmes.

Brian Wilson – Love and Mercy

Heureusement Al Jardine était là pour mener cette équipe de musiciens qui a assuré le spectacle et a même fini par faire se lever toute la foule avec un show très bien rodé. On s’est même retrouvés dans la fosse avec des jeunes et des moins jeunes à nous trémousser sur « Surfin’ U.S.A. » à la toute fin du concert.

Pendant ces deux heures, on était dans un autre espace-temps où les chemises roses, vertes, bleues ou oranges étaient pardonnées. Et même si la performance de ce grand monsieur n’était pas vraiment au rendez-vous, il fallait être là, ne serait-ce que pour se lever à la fin de concert et applaudir tous ensemble un type qui a quand même contribué à construire l’histoire de la musique. Rien que ça.

The Beach Boys – God Only Knows

Crédits photo en une : Paul Bourdrel

Partager cet article
1 commentaire

1 commentaire

Phil 24.07.2017

Bel et juste article, merci. Oui ce concert était sur bien des points plutôt émouvant.

Répondre Fermer
Chargement...
Votre commentaire est en cours de modération. Merci
Une erreur est survenue lors de l'envoi de votre commentaire
Chargement...
Votre commentaire est en cours de modération
Merci
Une erreur est survenue lors de l'envoi de votre commentaire
Playlist - Juillet 2017
Toutes les playlists

0:00
0:00
REVENIR
EN HAUT