MENU
En lecture PARTAGER L'ARTICLE

Marsatac, complètement fada

Pari assumé et mis avant, le festival Marsatac a misé en partie sur une prog électro et hip-hop dont une constante se dégage : la psychiatrie. Tommy Ca$h, Die Antwoord, Vald, Machine Gun Kelly, Nova Twins et $uicideboy$, ils ont tous un rapport particulier avec leur maman. Si certains d’entre eux en jouent clairement et avancent leur folie comme un coup marketing, tous ont dû un jour être priés de consulter. Mais quand on regarde leurs différents coup d’éclats, on n’a pas vraiment envie de devenir leur pratiquant. Consultation.

Vald

Depuis son titre « Bonjour » sorti sur le web en 2015, Vald est passé du petit rigolo du quartier à la tête de proue de la décontraction du rap. Auto-interviews, variations des styles de prods, mise en avant d’une nouvelle tranche d’artistes, il manie aussi bien les codes de la musique que son ridicule. Le MC avance groupé : repêchage d’Alkpote, mise en lumière de Biffty, confirmation du nouveau grand beatmaker français Weedim et propositions vidéo du créatif et loufoque Julius. Avec NQNTMQMQMB (2016) et Agartha (2017), il perpétue une certaine tradition du rap pavillonnaire enclenchée par ses pères Svinkels à la fin des années 90. Sauf qu’en parfaite connaissance des nouvelles règles, il se paie le luxe de devenir le caméléon surdoué du rap. Sur scène le samedi 24 juin au Grand Palais de 22h45 à 23h45.

Tommy Ca$h

On le découvrait à l’été 2016, Tommy Ca$h est ce rappeur estonien né trop près du mur. MC taré, geek créatif, obsédé par le cul (principalement la masturbation collective), entre machisme rap et auto-dérision (le dénominateur commun de cet article), il n’hésite pas à mettre en scène son corps frêle et malade que surplombe sa moustache mal finie. C’est d’ailleurs ses compétences de clippeur qui ont permis à nos oreilles et nos yeux d’avoir un jour entendu parler de lui. Vous aurez remarqué qu’il est rare que des musiciens estoniens arrivent à émerger dans nos réseaux français. Cet équivalent masculin d’une Peaches ne tranchera donc pas réellement dans un line-up définitivement fadas à Marsatac. Un pari sur la folie dure qui semble payer pour le festival marseillais. Sur scène le samedi 24 juin au Palais Phocéen de 2h15 à 3h15.

Machine Gun Kelly

« Sors les kalash comme à Marseille » pourrait s’appliquer à la venue de Machine Gun Kelly au festival Marsatac. Le rappeur texan au corps couvert de tatouages et à la gueule d’ange a sorti trois albums studios en deux ans et a la réputation de ne pas trop tenir en place. Entre un phrasé qui va en réveiller plus d’un, un flow digne des plus grands rappeurs techniques, une gestuelle qu’il apprise durant ses heures passées sur les studios de cinéma et un univers aux clichés assumés – comme en atteste ses deux derniers clips « Trap Paris » et « The Gunner » – MGK apporte déjà la promesse d’un vendredi soir électrique dans la cité phocéenne. Sur scène le vendredi 23 juin au Palais de l’Europe de 0h10 à 1h10.

Die Antwoord

La notion même de fada semble trop faible pour évoquer Die Antwoord. Chef de fil du courant Zef, un sacré vent déglingué devenu véritable contre-culture en Afrique du Sud, le trio enchaîne autant les provocations et expériences dérangeantes que les productions (musicales, graphiques et cinématographiques). Il n’y a pas de frontière entre leur personnage scénique et leur personne privée. Ils sont leur personnages. Pour le meilleur comme pour le pire. Derrière un nihilisme de façade et un goût assumé pour le mauvais goût, Die Antwoord remue tous les vices et travers de la société sud africaine, et plus globalement occidentale. Pas étonnant que Marilyn Manson ait souhaité collaborer avec ces enfants terribles. Sur scène le samedi 24 juin au Grand Palais de 0h15 à 1h45.

Nova Twins

Voix graves et riffs énervés, voilà à quoi s’attendre quand Amy Love et Georgia South vont arriver sur la scène du Grand Palais. Depuis leur passage très remarqué aux Rencontres Trans Musicales de Rennes, tout le monde s’arrache les Nova Twins. Alors du bruit vous allez en prendre plein les oreilles, mais aussi plein les yeux car malgré leurs jeunes âges et le fait qu’elles ont dévoilé pour le moment qu’un cinq titres, les deux femmes savent déjà tenir toute une scène en ébullition. On vous aura prévenu, gare aux retours de flammes. Sur scène le samedi 24 juin au Grand Palais de 21H30 à 22H30.

$uicideboy$

Place à l’antéchrist du rap. Avec $uicideboy$, le fada se veut sombre et loin des délires potaches. Formé par $crim (aka Yung Chri$t, Slick Sloth) et Oddy Nuff (aka Ruby Da Cherry, Da Snow Leopard), le duo américain assume ses références à la culture satanique du Memphis des années 90, à commencer par la Three Six Mafia. Ultra-productif, les deux cousins ont réussi en trois ans à se constituer une discographie de hip-hop suicidaire déjà bien reluisante. Sur scène le samedi 24 juin au Palais Phocéen de 3h30 à 4h30.

Partager cet article
0 commentaire

0 commentaire

Soyez le premier à commenter cet article
Chargement...
Votre commentaire est en cours de modération
Merci
Une erreur est survenue lors de l'envoi de votre commentaire
Playlist - Juin 2017
Toutes les playlists

0:00
0:00
REVENIR
EN HAUT