MENU
En lecture PARTAGER L'ARTICLE

Doit-on se cacher pour écouter de la house ?

La question n’est pas nouvelle, et fait parfois l’objet de quelques débats ou quelques piques bien senties. « La house, les voix au vocoder, les rythmes Euro-dance ? Franchement, ça craint ». Reste l’épineuse question de la définition d’un style musical né il y a trente ans, qui a bien grandi et qui a accouché de rejetons hybrides. Voici quelques morceaux qu’on assume pleinement. Une certaine idée du goulag pour d’autres, sans doute.

Maya Jane Coles. Tout le monde l’a entendue sans le savoir. Pourquoi ? Son titre What They Say a été l’un des morceaux les plus joués par les DJ en 2010, selon la bible en ligne Resident Advisor. La jeune Anglaise (photo) est arrivée dans la mêlée avec ce morceau à le petite mélodie d’ascenseur imparable. Bon, oui, au bout d’une minute, vous avez déjà fait un peu le tour du morceau, ou presque. Sinon, il y a son bon remix de Florence and the Machine.

Surkin. Avant qu’il nomme pompeusement son premier disque « USA » et qu’il devienne l’un des piliers du label Marble (baromètre frenchie de la house, justement), Surkin s’est essayé à deux ou trois EP. Attention, ceux qui ont hésité à cliquer sur le titre de cet article vont penser rapidement à la défenestration. Mais on persévère. Oui, la voix androgyne incluse dans 70% des titres de Surkin ne connaît bien souvent qu’une phrase. Le Sudiste est le représentant de la house parfum fraise, et figurez-vous que l’Asie et les USA lui font les yeux doux.

http://soundcloud.com/surkin/ultra-light-mrbl009

Mickey Moonlight. Encore un Anglais, décidément. L’une des cautions house d’Ed Bangers Records. Une coupe moyenâgeuse, un album qui a maintenant un an, et ce titre faussement nonchalant avec son petit rythme tellement rétro. Une fois de plus, la voix est au centre des débats, avec cette partition de George Lewis Jr alias Twin Shadow.

http://soundcloud.com/nikola-6/mickey-moonlight-close-to

Julio Bashmore. Enfant de Bristol, Bashmore nous livre ici le morceau le moins house de cet article. Fan de bass music, ce parfait kid anglais s’écarte de plus en plus de ses sentiers d’origine. On ne l’a jamais vu en live, mais il paraît que ça vaut son pesant de cacahuètes. On se console régulièrement avec Battle For Middle You.

http://soundcloud.com/prblm-chld/julio-bashmore-battle-for

Moodymann. On a découvert ce titre grâce à Grems. Une complainte totalement lascive, que les bac +5 du genre qualifient de deep house. Ce morceau est l’oeuvre de Moodymann, producteur de Détroit et pourfendeur du mélange de la house, de la techno et des musiques noires. Suintant.

Partager cet article
0 commentaire

0 commentaire

Soyez le premier à commenter cet article
Chargement...
Votre commentaire est en cours de modération
Merci
Une erreur est survenue lors de l'envoi de votre commentaire
Sourdoreille : la playlist ultime
Toutes les playlists

0:00
0:00
REVENIR
EN HAUT