MENU
En lecture PARTAGER L'ARTICLE

De retour du Yeah!, notre pays de Cocagne

On a envoyé une paire de curieux à Lourmarin pour la 5ème édition du festival Yeah! et c’est le petit cœur un peu serré qu’ils ont quitté le millier d’âmes du village. En se disant que désormais, ces foufous accrochés à leur château vont voir débarquer, chaque année, de nouvelles têtes enjouées.

Marre des sites de festivals énormes où on laisse souvent ses mollets mourants dans le fossé ? Lourmarin est fait pour vous. Petit village idyllique classé, dominé par son point G, le château, mystérieux, authentique et effervescent à la nuit tombée.

On débarque le samedi, à l’heure ou la Grand Place s’est transformée en boulodrome. Traditionnels touristes vêtus de blanc, les festivalyeah (c’est ainsi que nous les nommerons) coiffés de leur Panama, enfants audio-casqués et badauds autochtones y déambulent en buvant des rosés piscine ou concourent au tournoi de pétanque organisé pour l’occasion. Aux platines, sieur Jules Edouard Moustik, plus vrai que nature et plus sexy que jamais.

_B__6791_BD

Personne ne manque à l’appel du Tennis club où auront lieu le délirant air DJ contest (rappelez vous l’épopée de DJ Bonjour en 2016…) et le tant attendu set du maître des lieux, Laurent Garnier. Toujours l’un de nos moments préférés au Yeah. Sous ses airs de kermesse, cet après-midi mettra (encore) tout le monde d’accord.

Prêts à plonger dans l’antre du festival ; c’est au château que ça se passe. A peine arrivés, on se sent tout de suite privilégiés tant la beauté du lieu est à couper le souffle. On a raté la soirée d’ouverture qui a convaincu tous les détenteurs du saint pass 3 jours (dont la totalité a été vendu en moins de 45 minutes, soit dit en passant).

Le samedi, il a fallu braver la pluie, abrités sous des bâches de fortune le temps de laisser passer l’orage. Tout le monde garde le smile. Ce soir, la programmation fait le grand écart comme on adore, mais restera assez calme. On retiendra la performance de Philippe Katerine, fidèle à lui-même dans son habit de ménestrel. En duo avec sa pianiste, il proposera quelques balades très théâtrales, puis sortira sa combi intégrale moule-bite couleur bleu gendarmerie. Une partie du public restera un peu dubitative. Eh ben bravo.

_B__5810_BD

Deuxième jour en vue, le soleil a gagné la bataille du ciel. On retrouve nos chouchous de Why?, qu’on marque à la culotte depuis la sortie d’Elephant Eyeplash. Puis Jacques et sa célèbre tonsure déboulent, ce qui nous fait nous dire qu’à peu près tout le monde devrait le voir cette année, tant le gazier va laisser de la gomme sur la route des festivals cet été.


Jacques au festival Yeah! 2017

Mention spéciale pour le final avec Meute, ce collectif génial qui nous a offert une version de « The Man With The Red Face » de Laurent Garnier. A la hauteur de l’enfant adoptif du pays, qui les a rejoints sur scène, accoutré de la même manière, petite percu en main. A l’année prochaine petit Yeah, on a déjà hâte de venir danser sous ton beau donjon.

A revoir : tous les lives captés au Yeah! par ici.


Meute au festival Yeah! 2017

Photos : Cauboyz

Partager cet article
1 commentaire

1 commentaire

Lewi 07.06.2017

Très léger comme report! Surtout que Garnier n a mixé que le dernier jour

Répondre Fermer
Chargement...
Votre commentaire est en cours de modération. Merci
Une erreur est survenue lors de l'envoi de votre commentaire
Chargement...
Votre commentaire est en cours de modération
Merci
Une erreur est survenue lors de l'envoi de votre commentaire
Playlist - Juillet 2017
Toutes les playlists

0:00
0:00
REVENIR
EN HAUT