MENU
En lecture PARTAGER L'ARTICLE

Dax J menacé de mort après avoir mixé un sample de l’appel à la prière

Voilà une histoire complètement délirante, reflet d’une époque qui fait froid dans le dos. Ce week-end, le DJ techno londonien Dax J était programmé à l’Orbit Festival, en Tunisie, à Nebeul, près d’Hammamet. Il jouait dans le club El Guitoune.

En plein milieu de son set, il décide de jouer un track dont le vocal est tout simplement l’appel à la prière par un muezzin. La scène est filmée par le public.

S’en suit une chaîne de réactions qui dépasse l’entendement. Les autorités locales – via le gouverneur de Nabeul – tombent sur la vidéo, et décident successivement de fermer le club, d’arrêter les deux DJ de la soirée – Dax J et Radio Slave – pour leur sécurité (sic), puis de convoquer le gérant afin de le placer en détention provisoire « pour atteinte aux bonnes mœurs et outrage public à la pudeur ». Dans ce pays, l’islam est religion d’Etat.

Hier soir, Dax J a posté un long message sur sa page Facebook, s’excusant d’avoir offensé une frange de fidèles, qui de leur côté considèrent que ces paroles sacrées ne doivent pas être diffusées dans un cadre festif. Il a aussi précisé avoir auparavant joué ce morceau dans d’autres villes.

S’en est suivi un hallucinant déferlement de haine, des dizaines d’internautes proférant des menaces de mort envers l’artiste. Ce dernier a depuis suspendu ses comptes Facebook, Twitter et Instagram.

MAJ de l’article : 

Le tribunal d’Hammamet a condamné Dax J a un an de prison de ferme, “six mois pour outrage public à la pudeur et à six mois pour atteinte aux bonnes moeurs et à la morale publique”, a indiqué à l’AFP le porte-parole du tribunal de première instance de Grombalia, Ylyes Miladi. Le DJ n’était pas présent à son procès et n’a pour le moment pas communiquer publiquement sur cette décision du tribunal. Le gérant du club ainsi que l’organisateur de la soirée ont pour le moment bénéficié d’un non-lieu, le parquet souhaitant faire appel.

Partager cet article
4 commentaires

4 commentaires

Marwen 06.04.2017

Une toute petite précision : Oui en Tunisie l’Islam est une religion d’état c’est même cité dans la constitution tunisienne que les représentants du peuple ont voté à une majorité de 98% .

Article premier :
La Tunisie est un État libre, indépendant et souverain, l’Islam est sa religion, l’arabe sa langue et la
République son régime.
Le présent article ne peut faire l’objet de révision.

C’est le peuple qui décidé que l’Islam soit la religion du pays, il n’y’a aucun mal à cela c’est même là le fondement même de la démocratie.
Maintenant l’état se doit de faire respecter la loi et d’agir en conséquence, du moins pour calmer les esprits. Puis mettez vous à la place d’un gouvernement qui risque, politiquement parlant, d’être accusé de ne pas respecter la constitution. Vos choix sont très limités, vous devriez agir même pour la forme.

Il faut savoir que bien que la Tunisie soit l’un des pays les plus ouverts, les tunisiens demeurent des musulmans qui se sentent offensés en entendant l’appel à la prière dans un lieu où l’alcool (prohibé dans l’islam) fait loi. Nous sommes tous ouverts d’esprit mais nous ne mélangeons pas religion et ouverture dans un même endroit voilà tout.
à la lecture de l’article j’ai l’impression que l’on veut appliquer des lois qui ne sont pas les nôtres dans notre pays. Quand vous visitez un pays, il faut s’aligner sur ses habitudes, ses mœurs et sa culture.

Je suis moi même tatoué, je bois de l’alcool et ne suis pas pratiquant mais je respecte les croyances de mes concitoyens. Tel doit agir un bon citoyen à mon sens.

Répondre Fermer
Chargement...
Votre commentaire est en cours de modération. Merci
Une erreur est survenue lors de l'envoi de votre commentaire
Bozm 04.04.2017

Hélas très prévisible, même en Tunisie, pourtant un des pays musulmans les plus ouverts.

Répondre Fermer
Chargement...
Votre commentaire est en cours de modération. Merci
Une erreur est survenue lors de l'envoi de votre commentaire
Marwen 06.04.2017

Constitution Tunisienne :
Article premier :
La Tunisie est un État libre, indépendant et souverain, l’Islam est sa religion, l’arabe sa langue et la
République son régime.
Le présent article ne peut faire l’objet de révision.

C’est les représentants du peuple (élus suite à des élections déroulées dans de parfaites conditions) ont voté à une majorité de 98%.

Donc force est de constater que l’Islam est une religion d’état, c’est le choix du peuple tunisien, je ne vois pas où est le mal?

Puis mettez vous à la place du gouvernement : voudriez vous prendre le risque d’être, politiquement,t moralement et même juridiquement parlant accusé d’être anti-constitutionnel et ne réagissant pas ? Vos choix sont très réduits.vous êtes même dans l’obligation d’agir.

Il faut juste comprendre que pour un musulman, pratiquant ou pas, il n’est pas du tout acceptable de toucher ni au coran ni au prophète de quelque manière que ce soit. C’est le fondement même de la religion. Maintenant personne ne vous demande de devenir musulman mais simplement de respecter leur croyances.

Je ne suis pas pratiquant, je suis tatoué et je bois de l’alcool mais je n’ose tout de même pas diffuser l’appel à la prière dans une boite de nuit là où l’alcool règne. Maintenant voilà le gars ne le savait pas, personnellement je tolère seulement l’affaire a pris une ampleur politique et vous savez comment les chosent se passent en politique.

Aripap 04.04.2017

Je me permets de préciser qu’aucun DJ n’a été arrêté. Dax-J a pris son avion pour l’Espagne avant même que la polémique ne commence, et les autres DJs n’ont eu aucun problème.
Ensuite, les organisateurs ont fait deux communiqués en français que vous pouvez lire pour peut-être comprendre leur délicate position.

Répondre Fermer
Chargement...
Votre commentaire est en cours de modération. Merci
Une erreur est survenue lors de l'envoi de votre commentaire
Chargement...
Votre commentaire est en cours de modération
Merci
Une erreur est survenue lors de l'envoi de votre commentaire
Playlist - Septembre 2018
Toutes les playlists

0:00
0:00
REVENIR
EN HAUT