MENU
En lecture PARTAGER L'ARTICLE

Ce qu’il s’est passé en 2018

Vous décuiterez dans deux jours et aurez déjà tout oublié de cette belle année 2018 qui sera passée sur vous comme sur une toile cirée. N’ayez crainte, on vous fait le récap des événements musicaux importants de l’année. Avec des morts, du nu et de l’internet, mais aussi des petites nouveautés. Bilan.

Janvier

Dès le 6 janvier, l’année commence par un coup de tonnerre sur la planète pop : Oasis se reforme. Les frères Gallagher ont décidé de distribuer de l’amour. En guise de bonne volonté, chacun supprime son compte Twitter. On est jamais trop prudent. Prudence, suite : Les Inrocks sortent leur top albums 2018. Il s’agirait pas de se faire doubler par Konbini. Le 18, Feu! Chatterton reprend « Des visages des figures » en direct sur leur page Facebook. Enfin une bonne raison de chanter les louanges de Mark Zuckerberg.

Février

Le retour de The Vines fait grand bruit, puisque le chanteur Craig Nicholls est désormais accompagné d’un backing band formé des Toots & The Maytals. « Une façon de me remettre sur le droit chemin », confesse l’Australien atteint du syndrome d’Asperger (forme d’austisme) à Reggae Mag. L’ingénieur lumière d’Autechre sort lui un bouquin dans lequel il revient sur sa longue thérapie, annonçant au passage avoir poursuivi ses employeurs devant les tribunaux. A Astropolis l’hiver, le Camion Bazar fait un gros carton. Le capitaine du bateau-remorqueur L’Abeille Bourbon, présent dans la foule, tombe sous le charme et emmène toute la troupe de Romain Play en after en rade de Brest, s’endort à la barre et plante le bateau sur la côte, à Plougastel Daoulas.

Mars

Rock en Seine devient le premier festival français à proposer d’acheter son pass en bitcoin. Manque de pot, le jour de l’annonce, la crypto monnaie s’effondre et perd plus de la moitié de sa valeur. Le pass se retrouve donc à 40 euros au lieu des 95 initialement prévus. Le festival retirera en urgence l’opération mais plus de 700 personnes auront pu profiter de l’offre imbattable du jour. Quelques jours plus tard, le monde de la musique tremble avec l’annonce du retour des Poetic Lovers. Une nouvelle pourtant vite remplacée par celle de la paralysie de Charles Aznavour suite à une chute à ski. Enfin pour une publicité d’une marque de skis d’appartement, pour être plus précis.

Avril

A l’occasion du concert des Svinkels à l’Olympia, Gérard Baste a évidemment prévu de jouer tout nu. Or, horreur, 24h avant l’événement, on diagnostique un rare dérivé de la lèpre au MC du Svink qui l’oblige à porter un vêtement absorbant sa transpiration en continu. Face à l’homme habillé, le public fout le feu à l’Olympia et le groupe arrête la musique dans la foulée. Une période tendue qui n’empêchera pas, seulement quatre jours après, nos amis belges Amenra de beugler le Coran version hardcore à un public distrait qui n’a pas capté. Bon, en même temps, c’était traduit en latin. Latin qu’on a perdu en découvrant que les Red Axes étaient en réalité des Plutoniens sous-couverture devant coloniser la planète mais qui ont préféré fumer des joins et mixer de la new wave en after à la place.

Mai

Pour sa troisième et dernière Cigale, Eddy de Pretto maîtrise le grand écart et enchaîne deux reprises à la suite : Jul et Barbara. Le lendemain, on apprend la mort de Christine Boutin. Mauvaise chute à la sortie de l’église. Le Hellfest ne réagit pas. Notre classement des squatteurs de festival ne peut pas sortir : seize artistes partagent la première place. Tant pis. Le 18 du mois, Billy Corgan, le cerveau des Smashing Pumpkins, sort un quadruple album composé en une semaine. Il y a quelques perles. Le vrai problème, c’est que tout le monde s’en fout. A la fin du mois, Oasis se sépare. Liam Gallagher retrouve son compte Twitter.

Juin

IAM fête ses vingt ans à Marsatac avec un invité de prestige au mic’ : Rudi Völler. Gros carton, personne ne savait que le numéro 9 avait un flow aussi rapide que Busdriver. A Perfect Circle déboule en France pour deux dates, dont une au Hellfest. John Maynard Keenan, toujours aussi taré, exige que personne ne slamme pendant le set, sous peine d’arrêter le concert. Qui dure finalement 9 minutes. Bonne nouvelle : Texas annule sa date aux Eurocks. Thom Yorke, en vacances dans une villa près du lac Léman, apprend la nouvelle et passe un coup de fil à l’orga, à qui il propose d’assurer le remplacement, en solo acoustique. La classe.

Juillet

Pour sa 30e édition, Dour s’offre un cadeau inattendu : la Belgique se hisse en finale de la Coupe du monde de football. Le match a lieu le dimanche à 17h, contre l’Argentine. Pour l’occasion, les écrans de la grande scène diffusent le match en direct. Plus fort encore : sur scène, les artistes belges se succèdent pour commenter en direct le match, avec en fond musical les prod de 2manydjs. Le résultat ? On préfère l’oublier. Le lendemain à l’aube, Oui (sans) FM, la radio, qui continue de se chercher depuis quelques années, annonce passer au tout numérique et abandonne ses fréquences FM. Belgique toujours, après Stromae, c’est au tour de Damso de souffrir de graves séquelles suite aux effets néfastes d’un anti-paludique. Le monde de la musique se lève pour lever des fonds pour la recherche médicale.

Août

Ty Segall, Ariel Pink, Born Bad Records, Turc Mécanique et un éditeur de littérature beatnik s’allient pour un super-projet de liveband. Résultat : implosion cérébrale et baisse des troubles de l’érection massives dans les rédactions de la presse rock indé et les festivals indie. « Le premier baby boom depuis l’après-guerre, mais en plus l’underground » titre un fanzine vraiment underground (tiré à 7 exemplaires). Mi-août, le coût moyen d’une sponso intéressante sur Facebook dépasse celui d’une impression A0 tiré à 10.000 exemplaires, le monde redécouvre le papier. La presse musicale crie logiquement « Hallelujah », les administrations françaises elles n’ont pas vraiment senti le changement, et la forêt se déforeste encore tranquillou se foutant du format. Vald attaque son septième mois de cavale pour le meurtre par étranglement de Laurent Delahousse.

Septembre

Philippe Katerine se rase la boule en direct dans Quotidien. Yann Barthes se demande pourquoi. Philippe Katerine aussi. Le 16 au théâtre des Bouffes du Nord, Bertrand Belin et Isabelle Carré offrent une merveilleuse lecture musicale à partir des Correspondances entre Albert Camus et Maria Casarès, sur le violoncelle de Gaspar Claus. Autre sommet : Antoine Bataille sort son quinzième album et sort subitement de l’anonymat pour blinder toutes les salles grâce à ses chansons piano-voix d’une puissance folle. Il y a donc encore une justice dans ce monde.

Octobre

La planète techno est en deuil : Juan Atkins vient de rejoindre Franckie Knuckles de l’autre côté. Dans une interview au Guardian, Lil’Louis déclare être « désormais le seul godfather en activité ». La nuit suivante, une comète s’écrase sur sa maison. Jeff Mills reste introuvable pendant plusieurs jours. Pour sa première date en Amérique du Sud, AZF joue à Ihla Grandje, invitée par un collectif de Rio, et se fait enlever par un puissant gang de Sao Paulo, qui réclame un vinyl dédicacé de Gui Boratto contre libération. Kompakt enregistre une augmentation des ventes des disques de sa star brésilienne. Michael Mayer avoue la supercherie. Bigflo & Oli remportent 5 millions d’euros en signant une sychro pub avec Blédina.

Novembre

MC Solaar devait se produire le 22 novembre à Bercy (oui oui, on sait, ça a changé de nom, et il faut citer une marque désormais). Dix jours avant, la prod annonce le report du concert à 2019, faute de ventes suffisantes. Solaar s’en prend aux médias qui, selon lui, sont tombés dans un jeunisme excessif en matière de rap français. Autre ambiance, à Reykjavik lors de l’Iceland Airwaves, où Björk réalise une performance de 30h dans un igloo connecté : seule dans cette cavité de glace, elle compose une musique grâce à sa voix et différents instruments et ordinateurs à disposition, le tout filmé en 360 et diffusé dans différents endroits de la ville. Spotify annonce les premiers chiffres des artistes les plus streamés de l’année : outre Rihanna et Drake, le top 10 comprend une fanfare canadienne de covers d’ACDC. Avouons qu’on l’avait pas vue venir, celle-là.

Décembre

Myth Syzer, Ichon et Bonnie Banane composent « La Hotte », un an et demi après leur tube estival « Le Code », un titre qui a immédiatement réchauffé les chaumières frileuses, avec un passage entier d’Ichon sur les pieds de sa comparse BB. Le fétichisme, c’est so 2018. Au même moment, le procès Georges Tron est reporté à mai 2022. On se rassure pourtant avec la reprise de « À la claire fontaine » par les rappeurs d’Alaclair Ensemble, programmés en direct pour une soirée spéciale Noël au Québec. Rah la magie de Noël. Le 31 décembre, le monde découvre avec stupeur la résurrection de Jésus, Bowie et Phil Collins. Attendez, il était bien mort, Phil Collins ?

Partager cet article
1 commentaire

1 commentaire

Sebbaha 03.01.2018

Je ne possède ni Twitter ni Facebook mais j. Adore le rock Inde la musique très bon article je vais suivre sans faire la sourde 👂

Répondre Fermer
Chargement...
Votre commentaire est en cours de modération. Merci
Une erreur est survenue lors de l'envoi de votre commentaire
Chargement...
Votre commentaire est en cours de modération
Merci
Une erreur est survenue lors de l'envoi de votre commentaire
Playlist - Janvier 2018
Toutes les playlists

0:00
0:00
REVENIR
EN HAUT