MENU
En lecture PARTAGER L'ARTICLE

Billie Brelok, la langue rappeuse

« Je ne chante pas pour passer le temps » répétait Jean-Ferrat. Tous les Hommes et toutes les Femmes essaient de trouver, leur vie durant, un moyen de passer à travers ce monde sans trop d’emmerdes. Presque tous les Hommes et les Femmes tiennent dans ce monde grâce à quelques âmes qui prennent le temps de les écouter, les lire, les sentir, les suivre, les aimer. Certains Hommes et certaines Femmes, pour survivre à ce monde qui les écœure, trouvent en ce moyen d’expression leur seul salut. Focus sur la rappeuse française Billie Brelok en créa pour le festival MAAD in 93. Pour les compromis, vous repasserez.

« Je suis une bâtarde. Je suis d’avant-garde mais déjà ringarde »

Billie Brelok – Bâtarde


Prod : Modi FatSk / Arrangements : Didaï

Nanterre (de naissance) et Lima (d’origine), deux villes qui ont construit le château fort de Billie Brelok. La rage au ventre, la peur de la scène, l’écriture compulsive, le crachat, la sueur des soirs, la morosité du matin, le rire jaune, le sang rouge, la comm hésitante, les punchlines impactantes ont conçu, quatre ans après sa première scène, les contours de la femme à lunettes qui fait taire les gueules de l’emploi. Qui devraient pour la plupart changer d’emploi.

En français et en espagnol, Brelok pousse ses gueulantes sans concession. La MC nous rappelle Makiza (un des premiers groupes de hip-hop sud-américains, chilien pour être précis / écouter « La rosa de los vientos »).

« Bâtarde », « Limalimon », « La mine et la gomme », autant de raisins de la colère qu’elle a écrasés et fait fermenter dans son premier disque sorti en août 2014 : L’Embarras du Choix. Un EP que vous pourrez, vous et votre âme rebelle (si vous ne l’avez pas, vous avez de toute façon déjà passé votre chemin depuis la ligne 3 alinéa 8), l’écouter ci-dessous.

Alors forcément, quand on apprend que le festival MAAD in 93, l’événement initié par le réseau des lieux de musiques actus de Seine-Saint-Denis, a décidé d’inviter la rappeuse dans le cadre d’une de ses créations, on tique, on tac, on toque à leur porte pour prendre notre place. Retrouvez notre présentation de ce festival d’importance maximale ici.

A cette occasion, le MAAD invite le Trio MacaDames : la flûtiste franco-syrienne Naïssam Jalal , grande artiste soutenue par RFI, alias « l’étoile montante du jazz », la saxophoniste Nathalie Ahadji, la chanteuse Samia Diar ainsi que le DJ et scratcheur fou Junkaz Lou. Ça se passe le samedi 3 octobre à L’Espace Renaudie (Aubervilliers) : les infos.

Les soeurs Chevalme
Crédit illustration de la création pour le MAAD in 93 © : Les sœurs Chevalme
Crédit Photo de converture © : CG92/Olivier Ravoire
Partager cet article
0 commentaire

0 commentaire

Soyez le premier à commenter cet article
Chargement...
Votre commentaire est en cours de modération
Merci
Une erreur est survenue lors de l'envoi de votre commentaire
Playlist - Septembre 2018
Toutes les playlists

0:00
0:00
REVENIR
EN HAUT