MENU
En lecture PARTAGER L'ARTICLE

Aussi étrange que ça puisse paraître, les ventes de cassettes audio ont explosé en 2017

Alors qu’on pensait jusqu’ici qu’elle n’était plus écoutée que par des capitaines de vaisseaux spatiaux ayant pour seule compagnie des ratons laveurs et par des labels de puristes aimant perdre de l’argent, la cassette audio continue de se vendre (et à même connu une augmentation aux États-Unis en 2017). On est allés questionner un artiste français ayant sorti son LP sur cassette l’année passée, ainsi qu’une gérante d’un micro-label français vendant des albums sur cassettes pour essayer de comprendre ce retour au format physique.

La cassette audio a vu le jour en 1963. Aujourd’hui encore elle continue à se vendre malgré la révolution (ah ah) du CD dans les années 80 et aujourd’hui du streaming. Or en 2017, les ventes se sont envolées aux États-Unis, avec une augmentation de 134% et quelques 100.000 ventes (99.400 d’après BuzzAngle). Calmons-nous cependant : ces chiffres s’adressent encore à une micro-niche, et ne correspond qu’à 0,1% du total des ventes physiques, sur le territoire américain.

Dans une écoute de la musique de plus en plus nomade, qui se fait principalement avec les outils de streaming audio, comme YouTube, Spotify ou Deezer, l’intérêt de la cassette, c’est « de posséder un objet, de soutenir un artiste et un projet, d’avoir un rituel d’écoute » pour Malmö, artiste electronica français qui a sorti l’année passée son LP Latitude en format cassette, en plus du streaming.

A la manière du vinyle, la cassette audio s’écoute chez soi, avec « la surprise de se retrouver au milieu d’un morceau car on avait mal rembobiné, on se retrouve avec plusieurs petits gestes qui donnent une âme à l’objet », comme en parle Malmö. De plus, dans une écoute qui est bien souvent en mode « shuffle », la cassette a sa particularité d’entendre l’entièreté d’un album dans l’ordre prévu par l’artiste « à moins d’avoir la dextérité d’Awesome Tapes of Africa pour te rendre aux morceaux souhaités« , continue l’artiste.

Plus qu’un outil audio, ce format est devenu un véritable « objet de collection« , bien souvent accompagné d’un graphisme léché (Malmö, a par exemple fait appel à la graphiste Gloriakitsune pour l’artwork accompagnant son LP). L’artiste ajoute que c’est « quelque chose que les gens seront contents de posséder même s’ils n’ont pas de quoi l’écouter. » Certes, si la majorité des formats physiques propose aujourd’hui un lien de téléchargement afin de prolonger l’écoute, l’objet physique est souvent celui qui permet d’identifier les goûts d’un auditeur, bien plus qu’une collection de playlists Spotify créées au fil des pérégrinations.

Depuis quelques années, de plus en plus de labels proposent aussi ce retour aux sources. C’est notamment le cas du label rennais Ideal Crash, qui propose des albums en cassette audio : « Après, la cassette ne détrônera jamais le vinyle, je le vois plus comme un complément. » Pour Mary qui travaille au sein de ce label, le public achetant ses formats physiques sont les mêmes. Le vinyle et la cassette touchent sensiblement les mêmes publics, qui adulent un retour au physique, sans passer par la case album CD, qui est devenu un objet « banal« , « qui n’a pas ou plus d’âme« , selon Malmö. Pour les labels, comme Ideal Crash, l’intérêt est aussi de créer une « série limitée« , qui correspond à l’idée « d’objet de collection » comme évoquée dans le paragraphe précédent. Enfin, un point confirmé par nos deux interlocuteurs, c’est la réalité économique pour les artistes et les labels : la cassette audio a un coût moindre, par rapport au vinyle. Ces albums sont souvent proposés en petite quantité (moins de 1000 exemplaires), et donc « plus abordables » en cassette audio que le « le vinyl qui a un coût, même pour des petites quantités. »

cassette-audio

« Le cassette devient un objet de collection. » Mary, d’Ideal Crash

Si pour beaucoup d’acheteurs de cassettes, il y a l’aspect rituel qui ressort – ainsi que celui de la nostalgie – il y a aussi « ce côté désuet et original pour ceux qui ne l’ont pas connu. » Cette originalité, la pop culture l’a bien compris. On a ainsi pu le voir dans certaines séries télévisées de l’an passé comme Stranger Things ou bien le deuxième film des Gardiens de la Galaxie, qui ont fait de la cassette audio, plus qu’un simple clin d’œil à l’époque révolue. Vous avez saisi, leurs bandes originales sont sorties sur des cassettes audio et se sont payées le luxe de caracoler en tête de ventes de l’an passé. Cette recrudescence de la cassette n’est cependant pas entièrement due à l’intérêt d’une production audiovisuelle, mais bien aussi de certains artistes et genres musicaux qui ont voulu le mettre, à nouveau, au centre de leurs productions. Malmö cite par exemple la synthwave ou La Femme – qui a sorti son premier album sur cassette – comme ceux qui ont engendré un « phénomène d’entraînement jusqu’à toucher la masse ».

Sur le territoire français, le label Ideal Crash, remarque aussi une augmentation des ventes, certes moins importante qu’aux USA, « mais on a surtout vu des gens plus intéressés, plus curieux par ce support. » Après, sa vente reste réservée à un cercle d’initiés qui savent où chercher, car, d’après Malmö c’est encore difficile d’en trouver, même chez les disquaires. Comme de nombreux chineurs, ils se tournent désormais à une recherche sur internet, entre Le Bon Coin et Bandcamp. Pour ceux qui imaginent qu’on ne trouve plus de lecteurs cassettes de nos jours, là encore nos interrogés répondent le contraire, car que ce soit sur Amazon, ou bien dans des dépôts ventes, en on trouve de nombreux. La légende dit qu’on en trouve « même des neuves. »

Partager cet article
3 commentaires

3 commentaires

troma 15.01.2018

Donc pour résumer, ce n’est que de la branlette.

Répondre Fermer
Chargement...
Votre commentaire est en cours de modération. Merci
Une erreur est survenue lors de l'envoi de votre commentaire
Sam 15.01.2018

Petite erreur dans votre article, le CD a été commercialisé en 1982, et les lecteurs sont devenu abordables peu de temps après (j’étais un jeune mélomane pas très fortuné, et j’ai pu m’en offrir un en 1986)

Répondre Fermer
Chargement...
Votre commentaire est en cours de modération. Merci
Une erreur est survenue lors de l'envoi de votre commentaire
Romain 15.01.2018

En effet, c’est une erreur, modifiée. Merci Sam.

Chargement...
Votre commentaire est en cours de modération
Merci
Une erreur est survenue lors de l'envoi de votre commentaire
Playlist - Mai 2018
Toutes les playlists

0:00
0:00
REVENIR
EN HAUT